Archives Radio Monde

Archives du forum Radio Monde

Octobre 2017

DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Derniers sujets


    Koko le Clown: Out of the Inkwell

    Partagez
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 47
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Koko le Clown: Out of the Inkwell

    Message par Carl Fiset le Dim 5 Aoû - 0:38

    Le personnage des frères Fleischer repris dans les années 60:

    http://youtube.com/watch?v=p209uDmky3c&mode=related&search=


    Dernière édition par le Dim 5 Aoû - 0:56, édité 1 fois
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 47
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Re: Koko le Clown: Out of the Inkwell

    Message par Carl Fiset le Dim 5 Aoû - 0:54

    Une bonne historique de Koko le clown en français s.v.p.

    http://www.cine104.com/pages/Fleischer.pdf

    Citation:
    Koko lle Cllown
    Koko le clown est
    l'une des premières vraies
    stars de l'animation, avant même Félix le
    chat, popularisé au début des années 1920.
    Naissance de Koko
    Experiment N°1 , le premier courtmétrage
    d'animation des frères Fleischer produit
    en 1915, peut être considéré comme
    l'oeuvre fondatrice annonçant la venue en
    1919 du personnage récurrent, qui prendra
    son nom définitif qu'un peu plus tard. C'est
    aux studios J. R Bray à la fin de la première
    guerre mondiale que la série Out of the
    Inkwell voit le jour. Koko suivra ensuite ses
    maîtres quand ils quitteront ce studio pour
    former le leur, Out of the Inkwell Films. Avec
    l'apparition du parlant puis la série des
    Talkartoons dès 1929, Koko le clown verra la
    régularité de ses apparitions diminuer au profit
    de Betty Boop
    puis de Popeye. Il
    participe néanmoins
    à plusieurs films de
    Betty Boop, dont le
    très bon Snow White
    (Blanche Neige,
    1933) qui sera
    sélectionné pour
    être conservé au
    National Film
    Preservation Board.
    C'est Koko enfin qui
    lance pour la première
    fois la
    Bouncing ball dans
    sa série de films musicaux. A partir de
    1962, Koko se voit offrir une nouvelle jeunesse
    avec une autre série de films. Deux
    nouveaux personnages rejoignent Koko,
    Kokette et Kokonut, mais Max Fleischer,
    voyant que la qualité de la série n'est plus
    celle d'antan, décide de l'abandonner dès le
    premier épisode.
    Originalité de la série
    Deux atouts majeurs assurent le succès
    de la série. Premièrement, elle bénéficie
    pour la première fois de l'invention de Max
    Fleischer, le Rotoscope. Cet appareil permet
    de reproduire sur une feuille transparente les
    mouvements, image par image, d'un acteur
    que l'on a filmé. La fluidité des gestes reproduits
    est alors bien supérieure à la qualité de
    l'animation permise par les autres techniques
    de l'époque.
    Deuxièmement,
    l'inventivité des
    frères Fleischer
    permet à la série
    de se renouveler
    à chaque épisode
    alors qu'ils
    ont tous plus ou
    moins la même
    trame : la main
    d'un dessinateur,
    Max Fleischer,
    trempe sa plume
    dans un encrier
    puis trace la
    forme de Koko,
    qui prend vie,
    s'échappe de la
    page blanche et envahit le monde réel pour le
    perturber de ses farces et de ses maladresses.
    L'épisode se conclut toujours par un
    retour à la normalité lorsque Koko retourne
    d'un plongeon dans l'encrier.
    Métanimation
    Ce qui fait la modernité de la série
    Koko le clown, c'est son caractère métafictionnel.
    La métafiction est un type de récit de fiction,
    apparu avec Les mille et une Nuits ou
    Don Quichotte notamment, qui met en évidence
    de façon plus ou moins subtile le caractère
    fictionnel du texte. Il s'agit de mettre en
    valeur le fait que le texte est un objet
    construit afin de mieux questionner l'acte littéraire.
    Koko le clown est donc un personnage
    animé qui sort de son monde pour
    rejoindre un pseudo monde réel, celui du ou
    des dessinateurs présents dans le film. Les
    films de cette série montrent toujours un jeu
    de va-et-vient entre un monde réel, qui n'est
    pas LE monde réel car il est monté et mis en
    scène, et le monde animé. Dick Tomasovic,
    dans son article sur Le Cinéma d'animation
    et ses thanatomorphoses, montre que ce vaet-
    vient entraîne parfois une confusion volontaire
    entre les deux mondes : " Le moment le
    plus fantastique dans la rencontre de ces
    deux mondes n'est pas celui de l'intrusion
    parfois fulgurante d'un élément animé dans
    l'univers réel et vice versa, mais de la transformation
    du monde réel en monde animé
    lorsque Koko fuit
    sa planche à dessin
    et traverse
    l'espace de l'atelier
    […] dès lors,
    le film change
    brusquement de
    logique : la
    d é m a r c a t i o n
    entre les espaces
    animé et réel
    n'est plus maintenue
    et cette
    confusion effraie
    même les animateurs
    […]. Le
    beau principe
    d'alternance est
    oublié, le montage
    des plans est désormais incertain. Les
    espaces ne sont plus en vis-à-vis, ni même
    adjacents, mais semblent s'enchevêtrer
    confusément : la planche à dessin semble
    appartenir au monde " réel " (plus rien ne
    bouge à présent sur les feuilles de papier),
    mais ce monde réel est lui-même animé de
    l'intérieur ".
    Des Fleischer à Tex Avery
    Quelques années après Max
    Fleischer, un autre animateur de renom utilisera
    la métafiction, métanimation pourrionsnous
    dire, comme ressort comique. Il s'agit
    Koko le clown
    de Tex Avery, qui aime dans ses dessins
    animés à faire réagir ses personnages
    comme s'ils étaient conscients du monde réel
    tout en y étant extérieur. Ainsi dans un épisode
    de Droopy, le Loup fuit-il si vite que
    lorsqu'il prend un virage un peu serré, il sort
    provisoirement du monde animé pour se
    retrouver dans un entre-deux monde parcouru
    par la bobine du film qui passe. Un autre épisode
    célèbre de Tex Avery, Red Hot Riding
    Hood, réinvente le conte du Petit Chaperon
    rouge. Le film démarre normalement, le petit
    chaperon rouge se promène dans la forêt
    alors que le Loup le guette. Subitement, le
    Loup s'arrête de " jouer " et prend à partie les
    scénaristes du film, leur faisant remarquer
    le manque de nouveauté de l'histoire.
    Une nouvelle histoire commence alors, une
    version modernisée et plus épicée du conte.
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 47
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Re: Koko le Clown: Out of the Inkwell

    Message par Carl Fiset le Dim 5 Aoû - 0:56

    http://www.davemackey.com/animation/seeger/inkwell/index.htm

    Out Of The Inkwell
    Koko The Clown

    In the early days of animated comedy, one of the most beloved characters was Koko The Clown, created by the Fleischer Brothers, Max and Dave. In the early Koko films, the live-action hand of Max Fleischer was shown bringing Koko to life as he interacted with the world around him in the most imaginative animated films of the era.

    The Koko films were a staple of early television, and in 1962, someone got the idea to do new ones. Hal Seeger’s studio was called upon to do the job. Max Fleischer agreed to participate in early episodes, but reportedly he was aghast when he saw the results: typical formulaic animated hijinks, with extremely limited animation. (The production quality was roughly identical to Paramount cartoons of the time.)

    In Koko’s world according to Hal Seeger, Koko had a pretty girlfriend named Kokette and a mean-spirited arch-rival named Mean Moe. Koko also had a dog named Koko-nut.

    These cartoons introduced a relatively new voice actor to the world of animation. Larry Storch did most of the male voices and went on to a career that seemed equally split between live-action comedies (including “F Troop”) and other cartoons (including several years of being a primary voice actor for Warner Bros. cartoons in the late 1960’s). Norma MacMillan did Kokette and most of the other female voices.

    One hundred five-minute films were produced in this series, which was shopped around to local stations for use in their own cartoon anthology programs. In New York, they aired on WATV, Channel 13, on the Uncle Fred show.

    All Hal Seeger Productions Material © by Hal Seeger Productions.
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 47
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Re: Koko le Clown: Out of the Inkwell

    Message par Carl Fiset le Dim 5 Aoû - 21:43

    Popeye


    Contenu sponsorisé

    proutporut Re: Koko le Clown: Out of the Inkwell

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 16:38