Archives Radio Monde

Archives du forum Radio Monde

Décembre 2017

DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Derniers sujets


    Laval Provencher

    Partagez
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 47
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Laval Provencher

    Message par Carl Fiset le Dim 27 Jan - 16:35

    Dans le cadre de la chronique Jean-Marc (Pageau) rencontre ...

    www.quebechebdo.com

    Laval Provencher: les premières armes de la promotion acquises à la radio

    Beaucoup de nos lecteurs de ma génération reconnaîtront mon invité de cette semaine. Il a sévi sur les ondes de la radio CKCV de Québec de même qu’à CJRP, pendant un bon bout de temps dans les années 1960-70. Laval Provencher est de retour à Québec depuis bon nombre d’années et se spécialise maintenant dans la promotion de salons canins. Retour sur son cheminement.

    Québec Hebdo - Laval, tu es natif de la région de la Mauricie, est-ce que ta carrière radiophonique a débuté dans cette région?
    Laval Provencher - «En effet, j’ai débuté à la radio de CJTR à Trois-Rivières, à la fin de l’année 1962. En 1966, j’ai fait l’inverse de mes confrères, qui normalement poursuivent leur carrière à Montréal. Pour ma part, j’ai décidé de saisir une opportunité qui m’amenait à Québec. Mon épouse étant native de la région de Bellechasse, le déménagement à Québec n’a pas traîné. Les gens se rappelleront que CKCV était à cette époque située à place d’Youville, au troisième étage du Capitole.»

    QH - C’était la belle époque de CKCV. Qui étaient tes confrères animateurs?
    LP - «Une des émissions les plus populaires du temps s'intitulait "Sur demande", animée par Louise Leclerc. Les émissions de sport étaient animées par Pad Ey Pedneault et Pierre Champion était à la barre de l’émission du matin. Je remplaçais souvent Louise Leclerc pour une émission que l’on diffusait en direct du Baril d’huîtres, sur la rue Saint-Joseph dans la basse-ville. Évidemment, il ne faudrait pas oublier l’émission "Blue Sky", animée par Marcel Roussel et le fameux Monsieur Minuit; Deverchère Mercier. Et, si je me souviens bien, c’est aussi à CKCV que tu as commencé ta carrière à Québec comme reporter et animateur de l’émission "Service de nuit".»

    QH - En effet, et c’est ensemble que nous sommes partis pour Ottawa ouvrir une nouvelle station de radio. C’était en 1968 si tu te rappelles.
    LP - «Tout juste. Cette année-là, nous avons marqué l’histoire de la radio en Ontario en ouvrant la première radio francophone à Ottawa. C’était une station de Radio Mutuelle. Ç’a été une belle aventure. Je suis resté en poste jusqu’en 1975.»

    QH – Est-ce à ce moment-là que tu es revenu à Québec?
    LP - «Oui, pour assurer la direction des programmes de CJRP. J’y suis demeuré jusqu’en 1982. Ce fut ensuite l’ouverture de CHIK-FM et je me suis joint à cette nouvelle équipe pour en devenir le directeur général jusqu’en 1984, année où j’ai démissionné après 16 ans avec l’entreprise Radio Mutuelle.»

    QH - Si ma mémoire m’est fidèle, tu as prêté ta voix à une émission de télé fort célèbre vers la fin des années 1980 début 90.
    LP - «En fait, il y a deux émissions sur lesquelles j’ai surtout travaillé: le "Lawrence Welk Show" et, évidemment, "La vie des gens riches et célèbres". Encore aujourd’hui, à l’occasion, il y a des gens qui me parlent de cette émission. Je doublais la voix de l’animateur américain de cette émission. Ce fut pour moi une très belle expérience.»

    QH - Comment, après toutes ces années en radio et télé, en es-tu venu à présenter des salons canins?
    LP - «En réalité, ce n’est pas d’aujourd’hui que je m’intéresse au monde des chiens. Depuis bientôt 20 ans que je suis mêlé de près ou de loin à la présentation de salons canins. Même si je travaillais à temps plein à la radio, je réussissais à m’occuper de cela le soir et les fins de semaine. Je travaillais à l’occasion comme animateur de ce genre de salons. Ce qui m’a permis de me rendre compte qu’à cette époque les gens manquaient beaucoup d’information. Les éleveurs en avaient plein les bras de s’occuper de leurs animaux et n’avaient pas toujours le temps de rencontrer le public pour l’informer sur tout ce monde canin. En fait, c’est ça qui m’a poussé à organiser un premier petit salon canin à Place Fleur de Lys en 1987.»

    QH - Cela fait donc plus de 20 ans que tu produis ce genre de salon.
    LP - «Tout à fait, bien que modeste au début, le salon canin de Québec a pris beaucoup d’envergure. Dès l’instant où j’ai pris ma retraite de la radio, je m’y suis consacré à plein temps. La retraite, ça ne signifie pas l’arrêt de travail. Il faut toujours s’occuper et pour moi c’est salutaire.»

    QH - Combien présentes-tu de salons annuellement et dans quelle région?
    LP - «En 2007, j’aurai présenté sept salons canins, d’une durée de deux jours à chaque fois. Ces salons sont présentés exclusivement dans des centres commerciaux. Pour moi, c’est important parce que de cette façon le public y est toujours admis gratuitement. Il n’y a aucuns frais, pas de billet d’entrée, pas de coût de stationnement, aucuns frais. C’est une activité très familiale. Cette année, nous avons présenté trois salons à Québec et des salons ont été aussi produits à Saint-Georges de Beauce, à Trois-Rivières et pour la première fois à Rimouski.»

    QH - Quand sera présenté le prochain salon canin de Québec?
    LP - «En mars 2008, nous présenterons le 50e salon canin. À cette occasion nous nous produirons pendant quatre jours à Place Laurier. Ce sera vraiment un évènement spécial. Nous réservons à la population beaucoup de surprises. Ce sera un feu roulant pendant quatre jours. Nous donnerons un accent tout spécial à l’information par de mini conférences avec des spécialistes, des démonstrations, des spectacles, des rencontres avec les éleveurs et bien évidemment la présentation de tous nos animaux en spectacles. Il risque même d’y avoir des défilés de mode canine. C’est incroyable de voir tous les accessoires qu’un chien peut porter et, comme nous sommes dans les festivités du 400e, nous ferons un peu d’histoire sur la présence du chien auprès de l’homme. Nous aurons aussi plusieurs exclusivités que je ne peux malheureusement encore dévoiler.»

    QH - Voilà mon ami Laval qui ne s’arrête plus de parler. Pendant encore plusieurs minutes, il n’a pas cessé de parler de sa passion; les chiens. Je vous suggère d’aller partager cette passion au mois de mars prochain à Place Laurier, une visite familiale par excellence. Amenez vos enfants voir ces beaux toutous!

    * (Collaboration spéciale Jean-Marc Pageau)

      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 7:04