Archives Radio Monde

Archives du forum Radio Monde

Juin 2017

DimLunMarMerJeuVenSam
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets


    Mario Grenier

    Partagez
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 46
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Mario Grenier

    Message par Carl Fiset le Dim 27 Jan - 16:39

    www.quebechebdo.com

    Mario Grenier: un gars de radio mais aussi d'humour et d'impro

    Si j’avais à vous relater en détail la rencontre que j’ai eue cette semaine avec Mario Grenier, les cinq pages qui suivent seraient nécessaires. Quel bonhomme volubile et sympathique! Voici donc un résumé de cet entretien sympathique.

    Notez tout d’abord que Mario Grenier est natif de Sherbrooke, mais c’est à Val-D'Or en Abitibi qu’il débute à la radio. Après trois ans d’animation, d’impro et d’humour, il décide qu’il y consacrera sa vie. On le retrouve rapidement à Québec à CHOI-FM pour un bref séjour ainsi qu’au 93. Mais sa rencontre avec le succès, il l’a faite à Radio Énergie, et ce, depuis maintenant 18 ans. Ce qu'on connaît moins du personnage radiophonique est son engagement dans la naissance du Grand Rire à Québec.

    Québec Hebdo: - Mario, raconte-nous l’histoire du festival d'humour de Québec?
    Mario Grenier: - «Cela fait 20 ans que je produis des soirées d’humour à Québec. Tout ça a commencé avec les Lundis juste pour rire, au Dagobert, puis les Lundis juste pour le fun et finalement les Lundis du Grand Rire. Tous ces évènements ont été bâtis avec mon partenaire, Sylvain Parent-Bédard. Depuis, les Galas du Grand Rire en sont à leur huitième année. Première édition modeste avec 400 000 $ de budget, cette année on dépasse les 6 M$ seulement pour l’édition de Québec.»

    QH: - Un festival comme le Grand Rire est-il exportable dans d’autres régions?
    MG: - «Oui. Nous en sommes à notre troisième année à Gatineau et ce sera notre deuxième année à Sherbrooke. Bientôt, nous serons également présents à Rimouski.»

    QH: - À quoi la population de Québec peut-elle s’attendre de la programmation de cette année?
    MG: - «Le Grand Rire est toujours une rétro de l’année en cours. On prend des numéros qui ont été présentés un peu partout durant la dernière année et on fait un évènement gala avec ça. Les humoristes viennent nous présenter leur meilleur numéro. En plus, nous sollicitons des artistes pour l’animation de ces galas, tout en performant dans quatre numéros créés spécialement pour le Grand Rire.»

    QH: - Cette année vous présenterez également des spectacles gratuits à l’extérieur?
    MG: - «En effet, on est très fier de pouvoir offrir à la population tous nos spectacles extérieurs gratuitement, et ce, à tous les soirs du 20 juin au 1er juillet. En ce qui concerne les galas, nous en présenterons six au Grand Théâtre de Québec, en plus d’offrir les spectacles Humour du Monde à l’Impérial ainsi que le tournoi d’impro. Devant une programmation aussi chargée, il est toujours préférable de consulter notre site Internet www.grandrire.com).»

    QH: - Est-ce que les galas seront diffusés à la télé cette année?
    MG: - «Nous avons l’an dernier signé une entente avec la Société Radio-Canada pour la diffusion de tous nos galas. Mais la plus belle bataille que nous avons gagnée sur ce plan, c’est de s’être entendu pour une seule et unique diffusion. Ce qui veut dire que nos humoristes ne se retrouveront pas pendant deux ou trois ans avec les mêmes numéros à la télé. Ce qui est d’autant plus intéressant, c’est que nous produirons nous-mêmes les captations et Radio-Canada les diffusera sur le réseau national.»

    QH: - En terminant, est-ce que vous sentez une rivalité avec Montréal?
    MG: - «Avec l’ampleur et la qualité de notre Festival, nous sommes à démontrer qu’il se passe quelque chose ailleurs que dans le 514. Le succès passe par Québec et nos partenaires sont presque tous de la région de Québec, c’est pour nous une grande fierté.

    Mais une de mes plus belles prétentions, c’est de pouvoir payer douze mois par année 30 employés à plein temps. Ça, ce n’est pas banal dans ce milieu et on en est très fier.»

    * (Collaboration spéciale Jean-Marc Pageau)

      La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 2:28