Archives Radio Monde

Archives du forum Radio Monde

Octobre 2017

DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Derniers sujets


    60 ans de radio à Matane

    Partagez
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 47
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut 60 ans de radio à Matane

    Message par Carl Fiset le Ven 5 Sep - 23:26

    www.cyberpresse.ca

    60 ans de radio à Matane

    Gilles Gagné

    Le Soleil

    Collaboration spéciale

    Matane

    Il y a 60 ans cette semaine, la Compagnie de radiodiffusion de Matane Limitée, propriété de René Lapointe et de Roger Bergeron, lançait la station de radio CKBL, la troisième radio de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent, après CHNC à New Carlisle et CJBR à Rimouski.

    La Compagnie de radiodiffusion de Matane a pris de l’expansion en 1955 en fondant le journal La Voix gaspésienne et en ajoutant la télévision en 1958. En 1972, Radio-Canada a acheté la compagnie, le journal en moins, et c’est ainsi qu’est née CBGA, qui diffusait alors sur la bande AM.

    Il reste peu d’employés de la première heure vivant encore dans la région et en mesure de raconter les premiers pas de cette radio. Yvette Lapointe, sœur de René, a œuvré à CKBL en 1948-1949.

    «J’étais à la discothèque. Je me souviens bien de l’été avant la mise en ondes. On écoutait les disques et on les minutait. C’était très excitant comme période», note Mme Lapointe.

    Le directeur technique Yvan Fortier est arrivé à Matane en 1952. «J’arrivais de CHLT à Sherbrooke. J’étais venu pour remettre en marche les émetteurs, endommagés par le verglas entre Noël et le jour de l’An. Je suis venu seulement pour ça mais je ne suis finalement pas reparti», dit-il.

    Il a été pendant un an le seul technicien de CKBL, tant pour la production que pour la diffusion des ondes. «Il n’y avait pas d’équipe technique à mon arrivée. Il y avait deux outils, un marteau de menuisier et le tournevis oublié par un gars de Québec Téléphone», évoque M. Fortier.

    Avec un émetteur d’une puissance d’à peine 1000 watts, CKBL diffusait sur un immense territoire, l’un des plus grands du Canada, la bonne circulation des ondes au-dessus de l’eau salée aidant.

    «On rayonnait du Saguenay au Labrador. On avait beaucoup d’auditeurs sur la Côte-Nord, où il n’y avait pas d’émetteur. Il y avait bien moins d’interférence électrique et de stations. On recevait pendant des années, de décembre à la mi-janvier, du courrier de gardiens de rennes de Norvège et de Suède, des radioamateurs qui captaient nos ondes et qui nous écrivaient», raconte Yvan Fortier.

    L’arrivée de la télé à CKBL et l’acquisition de la station par Radio-Canada ont constitué deux grands défis pour M. Fortier, qui a planifié l’installation d’antennes au mont Logan en 1959. Quand il a pris sa retraite en 1985, il dirigeait 21 personnes, du Témiscouata aux Îles-de-la-Madeleine.

    Guy Chrétien, de Sainte-Anne-des-Monts, est entré à CKBL le 1er août 1957. «Je pensais aller à la discothèque. Lors ma rencontre avec M. Lapointe, j’avais apporté un article que j’avais écrit pour la revue Moderne. Il a dit: «Je vous engage». C’était comme scripteur.» «M. Guy», comme tout le monde l’appelle, a rédigé pas loin de 125 000 textes publicitaires et communiqués entre 1957 et sa retraite de Radio-Canada en 1994. «Ça peut sembler un total incroyable mais ça m’arrivait d’en écrire 30 par jour, surtout avec la venue de la télé en 1958.»

    C’était encore le temps des radioromans, «de 1954 à 1960, avec Armande Desrosiers, Jean Berger et d’autres. Il y a eu L’épave, La Marjolaine, Le Mauvais partage, Les Grands espaces», dit-il.

    À compter de 1963, «M. Guy» a aussi mis son talent au service des arts en écrivant pour la radio, des contes notamment, souvent pour le réseau entier de Radio-Canada, même si CKBL n’était à ce moment qu’une station affiliée. Aujourd’hui, ses histoires sont publiées dans des livres.

    De ses 37 ans de travail, Guy Chrétien garde des souvenirs heureux.

    «C’était une très belle aventure. J’ai connu l’époque où tout était fait en direct. J’ai travaillé avec des gens extraordinaires.»

      La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 7:14