Archives Radio Monde

Archives du forum Radio Monde

Octobre 2017

DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Derniers sujets


    Portrait de François Paré

    Partagez
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 47
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Portrait de François Paré

    Message par Carl Fiset le Ven 9 Avr - 9:34

    L'imaginatif François Paré


    Patricia Cloutier, collaboration spéciale
    Le Soleil

    (Québec) Ils sont en ondes à Québec depuis quelques mois ou plusieurs années. Même s'ils ne se considèrent pas comme des vedettes, leurs voix forgent l'identité de la radio de la capitale. Au cours des prochaines semaines, cette chronique fait place à vos animateurs.

    La station est grande, claire, aérée. De la musique à peine audible s'y répand, comme si elle ne voulait pas déranger. C'est un peu ce que Radio-Classique (92,7) a fait ces dernières années : elle a pris sa place tout en douceur dans le marché de Québec.

    Le sourire fendu jusqu'aux oreilles, François Paré nous accueille. L'animateur et directeur de la station a beau dire qu'il a un horaire chargé, il ne laisse pas transparaître une once de stress. C'est peut-être à cause de la musique qu'il fait jouer. On dit qu'elle adoucit les moeurs.

    «Un des premiers commentaires que j'ai eus lors de l'ouverture de la station venait d'une babysitter, qui disait que notre musique était parfaite pour endormir les enfants!» lance M. Paré en s'esclaffant.

    Des camionneurs, des chauffeurs d'autobus et même des policiers lui ont raconté qu'ils syntonisaient le 92,7 pour désamorcer l'agressivité lorsque survenaient des situations tendues.

    Et il ne s'en offusque pas. Parce qu'au risque de déplaire aux mélomanes, la musique de Radio-Classique est conçue pour monsieur et madame Tout-le-Monde. Son patron et mentor Jean-Pierre Coallier - qui dirige Radio-Classique à Montréal - se plaît à répéter que si une pièce ne peut pas être sifflée, elle ne joue pas sur les ondes. On préfère la musique accessible et mélodieuse.

    Homme de radio jusqu'au bout des ongles, François Paré a d'abord étudié à l'Académie nationale des annonceurs, à Montréal, avant de débarquer à Québec en 1972. Il a travaillé à Radio-Canada, à CHRC et à CHOI, où il aimait bien faire jouer les Doobie Brothers et The Doors. À l'emploi de Jean-Pierre Coallier depuis 1985, il s'est ensuite promené dans les Laurentides et sur la Rive-Sud de Montréal, avant de venir ouvrir la Radio-Classique de Québec en 2007.

    Au lieu de s'entourer de musicologues, il a engagé Patricia Tadros et René Nadeau, des «animateurs de radio qui avaient le goût d'apprendre». Qui se questionnent sur la prononciation de tel ou tel nom, sur l'origine de telle pièce. «On essaie d'être respectueux des gens qui connaissent ça», indique M. Paré.

    Après deux ans et demi d'existence, Radio-Classique va bien, même si elle ne roule pas sur l'or. Les auditeurs sont au rendez-vous; la station récolte environ 5 % des parts de marché, ce qui représente la moyenne des radios classiques en Amérique du Nord. C'est le milieu de la publicité qui est plus difficile à percer.

    «Je pense qu'il y a encore beaucoup de gens à Québec qui ne nous connaissent pas. Il faut être patient», philosophe M. Paré.

    Même à 60 ans, l'animateur a bien du temps devant lui car «dans le milieu de la radio, on ne prend pas sa retraite... on meurt!» Maniaque de musique en tous genres, il veut continuer de s'abreuver à cette source. «Une journée qui vaut la peine d'être vécue est celle où j'ai lu pendant une heure et où j'ai écouté un disque que je ne connais pas.» Car la musique et les livres, pour lui, sont des machines à rêver. «La radio aussi, c'est de l'imaginaire. Tant que les gens vont être capables d'imaginer et de rêver, la radio va exister.»

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 11:56