Archives Radio Monde

Archives du forum Radio Monde

Juin 2017

DimLunMarMerJeuVenSam
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets


    Historique de Musique Plus

    Partagez
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 46
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Historique de Musique Plus

    Message par Carl Fiset le Jeu 22 Mar - 0:18

    http://fr.wikipedia.org/wiki/MusiquePlus

    MusiquePlus est une chaîne télé de Montréal. Fondée en 1986, elle devient la première chaîne spécialisée francophone. Durant les deux premières années elle diffusait de Toronto à partir des studios de MuchMusic son pendant anglophone.

    La chaîne est propriété d'Astral Media et de CHUM Limited.

    Avangardiste, la chaîne adopta un style non-conventionnel à l'époque. La caméra était constamment en mouvement et montrait les VJs (animateurs) sous plusieurs angles.

    À l'origine, la programmation de MusiquePlus consistait principalement à la diffusion de vidéo-clip mais au cours des années subséquentes, la programmation évolua. MusiquePlus offre maintenant des émissions variées tel que de la télé-réalité américaines et québécoises (Hogan a raison, Pimp mon char, Fou raide, Le Mike Ward Show, La Clinique de Marc Boilard, Laguna Gâtées Pouris et plusieurs autres), des entrevues avec des artistes locaux et internationaux (Infoplus, Plus sur commande, L'artiste du mois, Exposé, BO2), émission sur les jeux vidéo (M.Net) présentation de vidéoclips (Rotation vidéo, Top 5.com, Le Décompte, L'Ultime Combat des Clips, Flambant N'œuf, Pop! etc.) La chaîne de télévision Musique Plus propose également des émissions de divertissement hebdomadaire tel que L'Gros Show, Tévé Tourista et maintenant une émission de transformation, Mes Vieux Tout Neufs, où des enfants inscrivent leurs parents pour qu'ils subissent une transformation.

    VJs actuels

    * Babu (Dany Bernier)
    * Chéli Sauvé Castonguay
    * Izabelle Desjardins
    * Stéphane "Gonzo" Gonzalez
    * Réjean Laplanche
    * Mathieu Marcotte
    * Malik Shaheed AKA Versatile
    * Valérie Simard
    * Denis Talbot
    * Nicolas Tittley

    Ex-VJs

    * Paul Beauregard
    * Sonia Benezra
    * Marc Carpentier
    * Marc Coiteux
    * Véronique Cloutier
    * Virginie Coossa
    * Abeille Gélinas
    * Pierre Landry
    * Philippe Fehmiu
    * Rebecca Makonnen
    * Patrick Marsolais
    * Marie Plourde
    * Juliette Powell
    * Claude Rajotte
    * Nathalie Richard
    * Paul Sarrazin
    * Catherine Vachon
    * Anne-Marie Withenshaw
    * Nabi Alexandre Chartier
    avatar
    Carl Fiset
    Administrateur
    Administrateur

    Nombre de messages : 14164
    Age : 46
    Date d'inscription : 11/09/2006

    proutporut Re: Historique de Musique Plus

    Message par Carl Fiset le Jeu 22 Mar - 0:40

    Portrait de Pierre Marchand le fondateur de Musique Plus:

    http://www.diplomes.umontreal.ca/nouvelles/portraits/pmarchand.aspx


    Portrait de diplômé
    Le gestionnaire à l’âme d’artiste

    À la tête de MusiquePlus, Pierre Marchand a grandement contribué à l’essor de la musique québécoise.

    DOMINIQUE NANCY

    Alors qu’il s’apprêtait à commencer des études à l’École des hautes études commerciales, Pierre Marchand a eu un grave accident de voiture qui a changé sa vie. « En convalescence pendant un an, je n’ai pas pu suivre mes copains en administration », raconte le fondateur et directeur général de MusiquePlus.

    Un accident qui, comprendra-t-il plus tard, lui aura permis d’accomplir sa destinée. Mais le jeune homme n’est pas au bout de ses peines. Il lui faudra attendre 10 ans avant que le concept télévisuel dont il rêvait — une chaine de télévision cent pour cent musicale — prenne forme. « Le projet était vu comme insensé parce que beaucoup trop risqué », dit Pierre Marchand.

    « Pierre est un type passionné qui a une énergie et une détermination extraordinaires pour mener ses projets à terme dans un contexte où rien n’est jamais gagné », affirme l’animateur Claude Rajotte, qui a passé 17 ans à l’antenne de MusiquePlus. L’admiration de M. Rajotte envers le grand patron de la télé musicale québécoise remonte plus particulièrement au début des années 80, alors que les chaines spécialisées n’existaient pas. Pierre Marchand a l’idée de proposer à Vidéotron une série d’émissions destinées aux accros de musique.

    Diffusée à la Télévision des jeunes du Québec (TVJQ), l’émission Radio-Vidéo, animée entre autres par Claude Rajotte, a été la première au Québec à offrir une programmation continue de vidéoclips. L’ancêtre de MusiquePlus, en quelque sorte. « Le budget était très limité au départ, relate M. Marchand. J’avais seulement 500 $ par émission. Je payais les techniciens avec des billets de spectacles et des disques. »
    Il enregistrait les animations dans sa chambre, chez ses parents, où il y avait pas moins de 3000 disques. Des vinyles de Pierre Lalonde, des Sultans, des Monkees, des Stones, de Petula Clark, d’Harmonium, de Led Zeppelin et, bien sûr, des Beatles. Car Pierre Marchand est depuis sa tendre enfance un fervent de ce groupe britannique.

    Un rêve fou devenu réalité
    À cette époque, le « p’tit gars » de Duvernay vient de terminer un certificat en études anglaises (1979) suivi d’une majeure en communication (1981), les deux à l’Université de Montréal. Sans trop se soucier de savoir s’il finira par bien vivre de ses émissions de musique rock, il y met tout son cœur et toute son énergie. « Je ne connaissais pas grand-chose de mon avenir, mais je savais que le vidéoclip, lui, en avait », confie-t-il.

    En 1986, la providence lui envoie Moses Znaimer, un homme d’affaires torontois, qui dans le but de séduire le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) recrute Pierre Marchand pour lancer la version française de MuchMusic. Le 2 septembre de cette année-là, son rêve fou se réalise : sur les écrans québécois, au canal 20, la neige fait place à MusiquePlus. « Au début, il a fallu nous débrouiller. Peu de personnes croyaient au projet, souligne M. Marchand. On empruntait les studios de la station anglophone le soir, quand elle n’était plus en ondes. Les animateurs faisaient l’aller-retour Montréal-Toronto. »

    Sonia Benezra, Marc Carpentier et Catherine Vachon ont été les premiers vidéo-jockeys. Trente-trois employés faisaient alors rouler la station, qui partageait sa fréquence avec sa consœur canadienne-anglaise. C’était le temps des célèbres « grands débrouillages » que des milliers d’adolescents guettaient pour se gaver de clips. Maintenant âgée de 19 ans, « la plus musicale des télés », comme le dit Pierre Marchand, est regardée par près de trois millions de téléspectateurs chaque semaine. L’entreprise compte plus de 200 employés et possède un chiffre d’affaires de près de 25 M$.

    De quoi faire mentir les détracteurs, qui ne prédisaient à la station que six mois d’existence!

    Un entrepreneur entreprenant!
    Souriant et affable, Pierre Marchand est un véritable bourreau de travail, selon sa conjointe, la chanteuse Brigitte Marchand (Dracula, Notre-Dame de Paris). « Debout à l’aube, il se rend au boulot dès huit heures et il y reste de 10 à 12 heures par jour. »
    La rencontre entre ces deux amoureux de la musique a eu lieu en 2002, alors que M. Marchand assistait à un lancement de disque. Un ami commun les a présentés l’un à l’autre. Lui a tout de suite été séduit par… la personnalité de la belle blonde. « Je lui ai dit à peine cinq minutes plus tard : “C’est formidable, le jour où l’on va se marier tu n’auras même pas besoin de changer de nom.” Elle m’a trouvé un peu entreprenant! » La demande officielle n’a pas encore été faite, mais depuis il partage sa vie avec Brigitte et sa fille, Gloria Bella, âgée de cinq ans.

    Les Beatle ont toujours été les idoles de Pierre Marchand. On le voit, sur les photos murales, en compagnie de Ringo Starr et de Paul McCartney.

    À 47 ans, Pierre Marchand a encore le sentiment d’être au bon endroit au bon moment. « Je m’étonne moi-même d’être encore aussi enthousiaste », déclare-t-il tout sourire dans son bureau du studio de la rue Sainte-Catherine. « Ce gars-là a une passion peu commune », fait valoir le producteur Luc Phaneuf. Avec les années, les deux hommes sont devenus de bons amis. En 1994, ils ont monté le spectacle musical Yesterday… les Beatles. L’année précédente, Pierre Marchand avait collaboré à la production d’Elvis Story, une création des Productions Phaneuf qui a connu pendant plusieurs années un succès bœuf au Capitole de Québec. « Tout ce qu’il touche fait fureur, indique M. Phaneuf. Pierre a du talent et de l’enthousiasme à revendre! »

    Plusieurs artistes francophones qui avaient des difficultés à passer à la radio, comme Vilains Pingouins, Jean Leloup, Les Colocs, Les Parfaits Salauds et Laurence Jalbert, ont bénéficié du support visuel de MusiquePlus, qui a permis de donner un nouveau souffle à la chanson québécoise. « À l’époque, le rock francophone avait pour ainsi dire disparu au Québec, rappelle Pierre Marchand. On était quétaine si l’on disait qu’on aimait la chanson en français. »

    La télé réinventée
    Selon le directeur, l’arrivée de MusiquePlus, dans une société sous le charme de l’image, a aussi servi de détonateur à la production de clips au Québec. Les chiffres sont éloquents. « Alors qu’en 1986 seulement une vingtaine de clips francophones meublaient les rayons de la vidéothèque de MusiquePlus, celle-ci en compte maintenant 5000. Sans compter les quelque 45 000 autres clips en d’autres langues et près de 85 000 reportages et interviews », signale ce collectionneur dans l’âme. À son avis, cette explosion est due en partie aux exigences du CRTC à l’égard d’un contenu à 35 % francophone et à l’émulation provoquée par MusiquePlus.

    « Notre raison d’être est de faire la promotion de la culture francophone québécoise, explique celui qui se défend d’avoir créé une copie de MuchMusic. MusiquePlus est une télé à part entière dans un secteur particulier : la musique et la culture pop. Rock velours, Rockambolesque, M. Net, InfoPlus et L’artiste du mois sont des créations en bonne et due forme. Pas des copies de Much More Retro, Much Loud et Much Vibe. »
    Il n’est pas exagéré de dire que MusiquePlus a réinventé la télé dans sa façon de faire, notamment en s’affichant dans la rue et en retirant les caméras de leur trépied afin de donner des images moins statiques. « Personne ne faisait ça à l’époque, fait remarquer M. Marchand. Pas même MuchMusic. » Populaire au point d’être utilisée par plusieurs maisons de production à Montréal, la caméra grouillante de MusiquePlus est rapidement devenue un style, une signature. Même si, à un moment donné, « on est allés un peu trop loin avec les maux de cœur! » admet Pierre Marchand.

    Pour le grand patron, le principal défi aujourd’hui est le vieillissement de la population. « Le public cible des 12-24 ans est très difficile à joindre, observe-t-il. Ces jeunes ne sont pas fidèles. Il faut rester branché sur les nouveaux courants et être à l’écoute de leurs besoins et de leurs styles de vie. » Essentiellement musicale à ses débuts, la station a donc rapidement étoffé sa programmation. En 1997, pour élargir son auditoire, M. Marchand a créé la chaine MusiMax, destinée aux 25 ans et plus. Il a également fondé la filiale TVMax Plus, qui produit des émissions pour TV5, la Société Radio-Canada et TVA.

    Questionné sur ses projets pour l’avenir, il est intarissable. « J’en ai plein en tête. » Parmi eux, une série de nouvelles chaines musicales numériques collées aux gouts musicaux des Québécois et de nouvelles plateformes de contenu comme le téléphone cellulaire MusiquePlus.

    Savoir s’entourer
    Au cours de son enfance, le jeune Pierre Marchand mangeait littéralement de la télévision. « Je demeurais rivé à l’écran, je le regardais de si près qu’on disait que je m’abimerais les yeux. Que ce soit pour rire à en pleurer avec Olivier Guimond ou encore pour retrouver le sympathique et attachant Bobino, j’aimais être devant le téléviseur, car il me faisait vivre toute une gamme d’émotions. Ado, comme il n’y avait à peu près rien du côté francophone pour les jeunes, j’écoutais American Band Stand et Saturday Night Life. »

    Bassiste de talent, le futur fondateur de MusiquePlus a fait partie du groupe Les Moscads dans les années 70. Le trio a connu un certain succès au Coco Show de l’ancien CKVL (devenu CKOI) ainsi que dans les clubs et les polyvalentes de Montréal avec son premier enregistrement au studio Bobinason. « Lorsqu’on avait assez d’argent pour se payer une pizza à quatre en fin de soirée, on était bien heureux, se souvient-il. Ce n’était vraiment pas payant, mais on était entourés de plein de belles filles. Ça valait tout l’argent du monde! »

    Aujourd’hui grand collectionneur de voitures, Pierre Marchand accorde aussi beaucoup d’importance aux valeurs familiales. « Mes parents m’ont transmis des valeurs et confié des secrets sur la vie », avoue-t-il. Sans doute est-ce là en partie le secret de sa réussite. « Toutes les idées du monde ne valent pas grand-chose si l’on ne sait pas s’entourer », dit humblement ce grand visionnaire aux yeux bleus, qui n’a pas peur de se remettre en question. Son principe de gestion : « Communiquer, planifier et bien s’entourer! »
    Des qualités de gestionnaire qui lui ont valu d’être désigné personnalité de la semaine par le quotidien La Presse en 2004 à l’occasion des 18 ans de MusiquePlus. « Je suis un créatif avec une âme d’artiste qui a réussi en affaires », conclut le directeur.

      La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 12:52